"La Gazette"


Suite de l'article de "La Gazette" du 21 juillet 2013...

Que demander de plus !

L'histoire qui va suivre commence par l'envie de rendre un hommage à Daniel ROBIN, ceux qui l'ont connu comprennent facilement que cet homme a marqué tout le monde au club, à divers degrés, mais marqué quand même !! Aussi, quand on me propose d'y participer, aucune hésitation ne vient à mon esprit et, il faut bien l'avouer, J'AI BIEN FAIT !!!

photo groupe
Bravo à tous et à chacun !...

Nous partîmes à quatre (père Eric, père Bertrand, père Patrick et père Alain) un mercredi matin pluvieux mais plutôt clément au niveau des températures, nous sommes arrivés plus vite que prévu dans les faubourgs de la ville du géant BIBENDUM MICHELIN, qui souvent fait partie de nos fournisseurs pour les pneus. Nous y déjeunons et terminons de faire connaissance.

Le premier repas annonce, clairement, que l'échappée Ardéchoise va être une réussite à tous les niveaux. La serveuse qui officie à notre table doit s'en souvenir encore... Ensuite la route reprend ses droits, et par contre, les derniers kilomètres sont relativement longs.

Notre arrivée au couvent est longue mais superbe, nous devinons déjà que les routes du 07 sont faites pour les fadas du vélo : rien de plat, des montées et des descentes ni dangereuses ni difficiles mais superbes. La vue de BOUCIEU LE ROI et son couvent (abbaye si vous voulez), où nous feront pénitence de nos péchés pendant 4 nuits, vient nous réconforter au bout de 11 h de route. Ouffffff ! Nous avions pris la précaution d'envoyer deux cyclars en éclaireurs (père Jeff et père José), à notre arrivée ils nous font savoir que le lieu du départ de la cyclo-sportive : l 'Ardéchoise se trouve à environ. 15 km.

Juste après notre périple routier, nous prenons nos vélos et mettons un point d'honneur à nous y rendre immédiatement. La première nuit est une confirmation pour nous : père Patrick est en transe et rien ne peut le détourner de sa quête spirituelle : dormir !

Le lendemain et après une petite négociation avec père Bertrand, qui souhaitait prolonger la pénitence de plusieurs dizaines de kilomètres, nous partons en reconnaissance des routes que nous emprunterons lors de l'épreuve qui nous a fait venir. Le temps est superbe et en état de grâce, les routes divines. Nous allons effectuer une sortie de 130 kms sous le soleil et la rigolade.

La soirée arrivant, et pour exorciser notre premier restaurant où la LEFFE avait le goût de limonade, nous nous rendons dans une autre auberge qui deviendra notre cantine pour le restant du séjour. Une superbe adresse à conserver...

Schéma bordure Vendredi arrive et la partie administrative se présente à nous, nous devons récupérer nos dossards. Le village des exposants captive particulièrement l'un d'entre nous et à notre avis, dans très peu de temps père Patrick va pécher et succomber à son envie d'acquérir un nouveau spade. Pendant ce temps-là.....père Jeff et père Alain font la connaissance d'Eva....que nous reverrons à Plouay sans fautes !!

Père Eric, vient au secours d'un Payen nommé Brochard ou quelque chose comme ça, il effectue une transaction avec lui, dans le but d'assouvir son envie de savoir. Père Bertrand est dans son élément, il navigue très vite dans ce lieu de cul-te, nous le sentons très à son aise, ça sent l'envie d'y aller à plein nez.

La dernière nuit est terrible, père José, sous la pression sans doute, nous fait connaitre son fameux rythme hongrois : un coup, la narine gauche, un coup la narine droite, la prochaine fois, il faudra enfermer dans la même chambrée, père Bertrand et père José.

Le matin, père Bertrand, montre l'exemple : 5 h du mat et déjà en string !!!, encore un autre miracle, père Jeff, montre à tous, qu'au réveil c'est encore lui le patron... Père Eric, gère sans stressssss la matinée, jusqu'à la vue (sur le lieu de l'épreuve ) d'un confessionnal qui lui donne une dernière envie... Père José, quant à lui, effectue sa méditation transcendantale sous les couleurs Suisse, avant de livrer bataille le petit dèj, se déroule sous la férule de sour Marie José. Hé oui, on n'est pas fou quand même, on avait tout prévu. Ensuite, le groupe se sépare et effectue son périple personnel, à savoir : L'A R D E C H O I S E.

Les parcours sont nombreux, les cols accessibles, le temps idéal, la sécurité présente partout, nous trouvons tous notre tempo et aucun d'entre nous ne finira sur les rotules. Au contraire, l'envie d'y revenir est déjà présente dans l'esprit de plusieurs d'entre nous. Nous mettons un point d'honneur à revenir avec la récompense suprême : la médaille d'or.

La fin de notre sortie, est simple : une nuit bien venue et 11 h de route à la suite. Sans préméditation aucune, je pense que nous garderons un souvenir très agréable, du lieu, de l'épreuve et surtout, des uns et des autres. C'est certainement cela le plus important d'ailleurs. Alors, que faut-il demander de plus : du soleil, du vélo, des cyclistes, des cols, des descentes, des bières et.....des amis !

PS : Pour certains détails, nous avons privilégié le secret du confessionnal, à chacun de faire son enquête, mais, une chose est sûre, nous ne dirons pas tout. enfin j'espère !!!!!


"La Gazette" des cyclos de Saint Avé : un espace partagé de l'actualité du club.

E.S.S.A. cyclos - 2006-2011 © - Tous droits réservés - réalisation : JSD (Arvor Formation)